Les techniques de construction
 
Des photos du chantier prises par Joseph BELMONT sont consultables en partie "Médiathèque" de ce site
Vue générale du chantier
Construction du campanile
Une église d'acier, de béton et de PVC
 
Le plafond de la crypte est constitué par une série de massols ou champignons en béton armé brut de décoffrage. Pour couler le béton, il a fallu des assemblages en bois ajustés avec précision. Les coffrages sont ensuite démontés lorsque le béton a durci. Il a fallu poser ainsi les uns à côté des autres une centaine de coffrages. Le béton qui sera coulé constitue la voûte de la crypte et le sol de l'église supérieure. Des colonnes d'acier supportent le colonnes tubulaires de la nef de l'église
 
368 tonnes de ciment
1 800 tonnes de sable et gravillons
100 tonnes de fers à béton
 

Des fils d'aciers soudés et assemblés soutiennent les toitures de l'église. Une forêt de poutrelles représentant un large quadrilatère, telle se présente l'église. Les éléments en fer ont été façonnés en Haute-Marne et amenés à pied d’œuvre. Ce travail a donc été fait à partir de croquis et de dessins très précis.
 
L'utilisation des tubes d'acier comme élément de charpente est un apport récent. On en apprécie la résistance mécanique, l'apparente légèreté et l'élégance. Les colonnes de la nef arrivent par camion. Chacune mesure 13 mètres de haute et pèse 24 tonnes. A chacune des piles sont soudées deux grandes ailes de 5 mètres. Ces ailes sont comme des arcs-boutants qui retiennent les murs-rideaux et les murs des bas côtés comme faisaient les arcs-boutants extérieurs des anciennes cathédrales. Le pied des piliers se pose sur une platine d'acier mise en place avant le bétonnage tandis que l'extrémité de l'aile s'encastre dans les bétons
 
Les murs rideaux utilisent une paroi intérieure de polychlorures de vinyle (PVC). Cette paroi est protégée extérieurement par des tôles d'aluminium mises en forme de pointes de diamant. L'aluminium est traité par bain pour le rendre inoxydable. Les panneaux paraissent opaques vus de l'extérieur alors qu'ils sont transparents vus de l'intérieur.
 
Sur les toits des feuillards de cuivre rouge (10 tonnes au total), matériau qualitatif et durable.
 
Les plafonds de la nef et des bas-côtés sont en bois. Ils ont la courbure d'une immense toile de tente.
L'isolation thermique est assurée par la laine de verre.
 
Le chauffage est un dispositif de tubes d'acier placés sous les agenouilloirs des bancs.
 
La flèche est constituée de gros tubes d'aluminium qui sont assemblés sur place par les ouvriers. Le soudage a été réalisé non à l'air libre mais sous atmosphère d'argon. La flèche mesure 25 mètres et pèse une tonne.
L'armature métallique
AccèsFaire un donMentions légales 
HistoireArchitectureVisiterMédiathèqueEvénements