Télécharger
le discours de M.PAYRARD lors du Jubilé d'Or du Père VINCENEUX (1976)
"Les élus de Dijon, et particulièrement les conseillers municipaux chargés du quartier des Grésilles sont conscients de ce qu'ils doivent au Père VINCENEUX. Son nom et son souvenir resteront inscrits dans nos mémoires et dans nos coeurs plus longuement sur cette plaque et plus profondément"
(Robert POUJADE, Maire de Dijon, lors de la pose d'une plaque commémorative sur l'église Ste Bernadette en octobre 1985)
ci-contre : la plaque dévoilée fin 1985, un an après le décès du Père VINCENEUX. Plaque apposée à l'entrée de l'église, sur l'extérieur
Télécharger
le texte du Père VINCENEUX qui raconte comment il a accepté de construire Ste Bernadette (1979)
 
Né à Beaune le 19 mai 1902
Décédé le 24 juin 1984
 
Ordonné prêtre le 29 juin 1926 Vicaire à Nuits Saint Georges de 1926 à 1935 Vicaire au Sacré Cœur (aux côtés de Mgr Tattevin) de 1935 à 1944 Curé de Sainte Jeanne d’Arc de 1944 à 1952 Curé-fondateur de Sainte Bernadette de 1952 à 1667 Vicaire épiscopal et chanoine honoraire du chapitre de la Cathédrale de Dijon
 
Né en 1902 dans une famille profondément chrétienne (un oncle prêtre, une tante carmélite), le père Paul Vinceneux fit ses études à Dijon et au petit séminaire de Flavigny. Il fut curé de paroisses, aumônier d’hospices et de prison, responsable de la Pastorale des Ainés, aumônier des communautés religieuses et vicaire épiscopal chargé du Temporel. La bonté et la foi du père Vinceneux étaient rayonnantes. Accueillant et toujours disponible, il était celui qui écoute, rassure et comprend. Très lié avec le cardinal GANTIN (préfet de la congrégation des évêques à Rome), il était également devenu un ami personnel de Mgr Decourtray. Ce dernier devait participer, le 21 juin 1976, à la cérémonie honorant ses 50 ans de sacerdoce, où il devait déclarer : « être attentif à tout ce qu’il y a de beau et de neuf, savoir que c’est toujours l’amour qui l’emporte, voir la clarté et l’espoir des jeunes, bref cette aptitude à discerner l’œuvre de Dieu, c’est une grâce qu’à eue le père Vinceneux et c’est une grâce qu’il faut souhaiter à toute l’Eglise) ».
(nécrologie du Bien Public – juin 1984)
 
Extraits de l’homélie du Père Leneuf, son successeur à Sainte Bernadette
« Le grand moment de sa vie : Sainte Bernadette ! Un terrain en friche, un nouveau quartier, un monde à rencontrer et à évangéliser. Les dix ans de Sainte Bernadette furent dix ans de constructions multiples : contacts humains, la Chapelle Provisoire, le projet de la grand église. Pour financer tout cela, la route Sainte Bernadette ; il lancera ses appels de tous côtés, créant avec l’aide des Compagnons Bâtisseurs l’instrument qui lui permettra d’arriver au terme de ses projets. A sa manière à lui, il est l’un des fondateurs au milieu de notre siècle, de ces espaces sacrés indispensables à la vie de l’église locale. Nous pouvons être en admiration face à tout ce zèle passionné de ce serviteur de Jésus-Christ… »
« Son univers était peuplé des innombrables amis rencontres au cours de sa longue vie, mais aussi de tous les saints qu’il aimait :  Notre Dame, Saint Paul, son patron et animateur de sa vie apostolique, Sainte Bernadette, Jeanne d’Arc, Thérèse d’Avila, Thérèse de Lisieux, le pape Jean XXIII, Saint François d’Assise, Jeanne Jugan,  Elisabeth de la Trinité. Paul Vinceneux vivait avec eux, sous leur regard, dans une vie de prière de plus en plus dépouillée et confiante…»
 
sa devise : ECCE FIAT MAGNIFICAT
Chanoine
Paul VINCENEUX
(1902 – 1984)
AccèsFaire un donMentions légales 
HistoireArchitectureVisiterMédiathèqueEvénements